Comment des millions de personnes peuvent-elles produire un texte unique faisant consensus ? : Différence entre versions

De Willforge
Aller à : navigation, rechercher
m
m
Ligne 41 : Ligne 41 :
  
 
On peut imaginer des améliorations de ce schéma. Au lieu de noter de 0 à 10 les versions, on peut utiliser [https://fr.wikipedia.org/wiki/Jugement_majoritaire la méthode du Jugement majoritaire]. La même démarche peut être utilisée pour valider des amendements à un texte. Il suffit de considérer chaque version amendée comme une nouvelle version.  
 
On peut imaginer des améliorations de ce schéma. Au lieu de noter de 0 à 10 les versions, on peut utiliser [https://fr.wikipedia.org/wiki/Jugement_majoritaire la méthode du Jugement majoritaire]. La même démarche peut être utilisée pour valider des amendements à un texte. Il suffit de considérer chaque version amendée comme une nouvelle version.  
 +
 +
 
----
 
----
 
écrire à  [mailto:emile.achadde@free.fr Emile Achadde]
 
écrire à  [mailto:emile.achadde@free.fr Emile Achadde]

Version du 6 octobre 2019 à 16:41

Il s'agit de permettre à une communauté de millions de membres disposant d'ordinateurs ou de téléphone portables de produire un texte qui fasse consensus (sa charte, par exemple). Chaque membre de la communauté peut produire sa version du texte qui sera stockée dans la base de données des textes. Au bout de quelques jours la base de données contiendra donc des milliers ou même des millions de versions concurrentes.

Il est évidemment impossible que chaque membre de la communauté prenne connaissance de toutes les versions. Il faut donc construire un protocole tel que

  1. chaque version soit examinée par le même nombre de membres de la communauté
  2. chaque membre de la communauté ait examiné le même nombre de versions
  3. une seule version faisant consensus soit produite.

Le protocole décrit ci-dessous devrait permettre d'atteindre ce but en quelques jours.

La communauté est organisée en réseau auquel chaque membre peut se connecter au moment où il le désire. A chaque instant seule une fraction des membres est connectée.

Lorsqu'un membre se connecte pour la première fois il reçoit un identifiant et est enregistré dans la base de données des participants.

A chaque nouvelle connexion il reçoit une dizaine de versions du texte prises au hasard dans la base de données des textes. Ce nombre est suffisamment faible pour que l'on ait le temps de bien examiner chaque version et de lui attribuer une note entre 0 à 10. Cette note, associée à l'identifiant du membre, est enregistrée dans la base de données des notations. De plus, lorsqu'il est connecté, un membre peut émettre sa propre version du texte soit en amendant l'une des dix versions qu'il a reçues soit en en créant une originale. Cette nouvelle version est ajoutée à la base de données des textes avec son propre identifiant,

Pour extraire une version faisant consensus de ce flux continu de versions du texte nous allons procéder par étapes.

A chaque étape on distribuera des paquets de 10 versions prises au hasard parmi un certain nombre de membres de la communauté pris eux aussi au hasard. On veillera à ce que chaque membre ait eu à noter environ le même nombre de versions différentes.

Pour une version donnée, la première étape se terminera quand elle aura reçue 100 notes provenant de 100 membres différents. On calculera alors la moyenne de ses 100 notes.

Lorsqu'un nombre suffisant de versions auront franchi la première étape on en extraira un dixième pour constituer les versions à traiter dans la deuxième étape.

A la deuxième étape on procède comme à la première étape mais sur un ensemble de versions dix fois moindre et en distribuant chaque version sur dix fois plus de membres soit 1000 membres afin qu'elles soit de nouveau notées. Les nouvelles notes sont enregistrées dans la base de données des notations. Dès qu'un nombre suffisant de versions ont atteint les 1000 notes on en extrait un dixième comme précédemment (soit un centième des versions de départ).

A chaque étape on multiple donc le nombre de notations par dix et on divise le nombre de versions extraites par dix.

D'étapes en étapes, le nombre de versions retenues chaque fois va diminuer et au bout de 4 à 5 étapes il ne restera plus que quelques version parmi les millions du départ.

A la dernière étape tous les membres de la communauté participeront à la notation des quelques versions résiduelles. La version issue de cette dernière étape peut donc être considérée comme consensuelle si sa note moyenne est suffisamment élevée et les notes peu dispersées.

Les versions étant produites en continu, à un instant donné, différentes versions pourront se trouver dans différentes étapes. Il sera nécessaire d'imposer une date limite arbitraire pour que le protocole se termine.

On pourra jouer sur la méthode de notation afin d'éviter les ex-æquo et d'accélérer la convergence du processus. A la limite, chaque membre pourrait simplement choisir une version parmi les dix qui lui sont proposées au lieu de leur donner une note, mais il y a un risque de nombreux ex-æquo.

En fin de processus on aura permis à chaque membre de participer sur un pied d'égalité à la production du texte commun.

On calculera aussi l'écart-type des notes, pour évaluer leur dispersion autour de la moyenne. En effet, seules les moyennes ayant un faible écart-type ont un sens.

On remarquera que la procédure utilisée pour l'adoption du préambule de la Charte commune des Gilets Jaunes revient à attribuer la note zéro ou un et à ne distribuer qu'une seule version du texte.

On peut imaginer des améliorations de ce schéma. Au lieu de noter de 0 à 10 les versions, on peut utiliser la méthode du Jugement majoritaire. La même démarche peut être utilisée pour valider des amendements à un texte. Il suffit de considérer chaque version amendée comme une nouvelle version.



écrire à Emile Achadde