De la démocratie 2.0 à la démocratisation permanente/La démocratie, comment ?

De Willforge
Aller à : navigation, rechercher


[ Document original]
La démocratie restera sans doute toujours un idéal car, si l'on accepte sa définition stricte, elle

supposerait que toute la population (ou du moins celle en état de donner son avis) participe au gouvernement : autant de ministres que d’électeurs ! C'est peut être possible pour gérer un village. C’était possible dans le cas des cités de la Grèce antique mais c’est impossible à l'échelle d'un pays moderne. La démocratie par délégation, ou par représentation, est donc indispensable à cette échelle. Pour que triomphe vraiment la démocratie il faut donc résoudre 3les questions suivantes : comment faire pour que les citoyens désignés pour assurer le gouvernement le fassent toujours en fonction des intérêts de la majorité du peuple ? Comment faire pour qu’ils en aient envie ? Comment apprendre à tous à gouverner[1] ?

Dans l'histoire on a déjà essayé ou imaginé pas mal de solutions: les élections, le tirage au sort, les partis politiques, les conférences de citoyens, les référendums d'initiatives populaires, le non cumul des mandats, les mandats impératifs, les votes par Internet, divers modes de scrutins, la durée limitée et non reproductible des mandats, les référendums révocatoires (la possibilité de faire cesser le mandat d'un élu avant terme) ; et j'en oublie sans doute. Beaucoup imaginé, assez rarement essayé, à part les élections, le suffrage dit universel avec tous les modes de scrutins permettant de biaiser plus ou moins la volonté populaire . Mais les élections, par elles-mêmes ne sont qu'un élément des libertés démocratiques mais ne garantissent tellement pas la démocratie qu'elles sont universellement pratiquées, y compris dans des pays qui en sont restés au stade féodal comme l'Arabie saoudite. Caricatures d’élections servant de caution démocratique au régime. L’élection de Trump, avec trois millions de voix de moins que son adversaire illustre à quel point on est loin du " pour le peuple, par le peuple ". Si l'on accepte ces prémisses, on ne peut considérer la démocratie que comme un objectif, une tendance, une asymptote.

Les passages à souligner
Les passages commentés
Les passages à prouver
Les passages modernisés
Les passages à questionner
Les passages réfutés
Les passages à référencer
Les notes et références
  1. La formule "apprendre à tous à gouverner" peut évoquer à tort l’idée d’"éduquer le peuple" chère à bien des avant-gardes auto proclamées ou "apprendre du peuple", la formule des gardes rouges. Dans les deux cas, le "peuple" est considéré comme distinct de sa soit disant avant-garde, avec une compréhension du monde réduit, au mieux à quelques instincts de classe. Mais "apprendre à tous à gouverner" tout au contraire, signifie abroger peu à peu les distinctions culturelles entre l’ensemble de la population et ceux qui prétendent savoir comment gouverner la société. Aussi bien ceux qui la gouvernent effectivement que ceux qui déclarent vouloir gouverner autrement.